Huile d’olive

SCEA Le Jas des Berges d'Argens et des Rives d'Aille

Huile d'Olive Vierge Extra

Première pression à froid
AOC Provence Bio

Par ailleurs et contrairement à une idée répandue, l’huile d’olive résiste mieux aux fortes températures de cuisson que la plupart des autres huiles et son point de fumée se situe aux environs de 210° alors que la température maximale recommandée pour l’huile d’arachide se situe aux environs de 170° et que la température normale pour une friture est de 180°. Les caractéristiques organoleptiques de l’huile d’olive sont définies à partir de 4 critères : - l’amertume ; -l’arôme que l’on classe dans un des 3 fruités reconnus : fruité vert, fruité mûr, fruité noir, avec des rappels de fruits (pommes, tomates, artichauts…) ; - l’ardence (piquant) ; - l’onctuosité. Les principaux défauts étant le rance (du à l’oxydation), le moisi, le chômé (lié à la fermentation avant trituration des olives), le lies (fermentation de la pulpe dans les huiles non filtrées). Il existe des centaines de variétés d’oliviers et chacun produit des fruits aux caractéristiques organoleptiques très variées. Pour exemple l’AOC Provence est obtenue à partir de 3 variétés principales : la Bouteillan, le Cayon, la Lucque et de variétés secondaires telles que la Picholine.

La structure de production : la SCEA Le Jas des Berges d’Argens et des Rives d’Aille

La SCEA gère une douzaine d’hectares de terres agricoles, plantés de vignes et d’oliviers. Les terrains sont partagés entre les communes de Vidauban, des Arcs sur Argens et de Taradeau et sont situés pour moitié sur les berges de la rivière « Aille » et pour l’autre moitié sur celles du fleuve « Argens ».

La production de vins se compose d’AOC Côtes de Provence, de Vins de pays du Var et de Vins de Pays des Maures, chacune entrant pour environ un tiers du total. Les raisins récoltés sont remis à la cave coopérative « la Vidaubannaise » qui assure la vinification et la commercialisation de la récolte.

Située sur les communes de Taradeau et des Arcs sur Argens , l’oliveraie, principalement composée de Bouteillan et de Picholine en variété secondaire en abrite toutefois une dizaine d’autres de façon marginale. Elle produit entre 4 et 9 tonnes d’olives que l’on ramasse au tout début du mois de novembre.

La production d’huile d’olive répond, pour sa part, aux critères définis par l’appellation « AOC Provence ».

Ramassées et pressées dans les délais les plus courts possible, l’huile obtenue présente une parure verte et un fruité vert agrémenté de touches d’artichaut.

Pour l’avenir, l’un des projets qui me tiens le plus à cœur sera de construire une petite unité de trituration pour les olives, autrement dit un petit moulin dont le local pourrait être utilisé comme atelier et comme salle d’exposition pour les peintures…à l’huile…